newsletter

ABCfeminin.com, le magazine féminin en ligne des femmes futées et créatives.



escapades

Samten-Dzong, la ‘forteresse de la méditation’ d'Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains



Alexandra David-Néel avait choisi la Haute Provence pour finir ses jours et travailler à son oeuvre littéraire. Sa maison de Digne-les-Bains est aujourd'hui un centre d'échanges culturels franco-tibétains et abrite un musée sur la vie de l'exploratrice.



'Samten-Dzong', le refuge d'Alexandra David-Néel en Haute Provence

Parmi les personnalités célèbres qui ont choisi de s’installer en Haute Provence, l’exploratrice Alexandra David-Néel (1868-1969) y rangea définitivement ses malles en 1946, à l’âge de 78 ans, après plus d’un demi-siècle d’expéditions menées aux confins de l’Asie.

L’exploratrice est la première femme occidentale à avoir séjourné en 1924 à Lhassa, capitale du Tibet, contrée encore moyenâgeuse à cette époque. Elle a baptisé Samten-Dzong (forteresse de la méditation) son havre de paix à Digne-les-Bains.

Il deviendra "le premier ermitage et sanctuaire lamaïste en France". Elle y consacrera les dernières années de sa vie (elle est morte à l’âge de 100 ans) à relater ses aventures dans plusieurs ouvrages.
 
Photo : la "forteresse de la méditation" d'Alexandra David-Néel à Digne les Bains
© ABCfeminin.com.
La maison d'Alexandra David-Néel à Digne les Bains © ABCfeminin.com

Femme érudite, volontaire, audacieuse, tibétologue, auteure d'une trentaine de livres parmi lesquels une Grammaire de la langue tibétaine parlée, Alexandra David-Neel était née Louise Eugénie Alexandrine Marie David avant son mariage avec Philippe Néel de Saint-Sauveur en 1904. Séparés en 1911, elle et son mari conserveront une relation épistolaire et elle pourra compter sur son soutien financier lors de ses longs périples en Inde, au Japon, en Corée, en Chine, en Mongolie et au Tibet.

En 1928, au cours d'un intermède entre deux expéditions, Alexandra David-Néel qui cherchait un point de chute en France trouva cette maison située à Digne-les-Bains, coin reculé de Haute Provence en ce temps-là, qui avait, et a toujours, la réputation de voir briller le soleil 300 jours par an. 

Photo : table de travail d'Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains
© ABCfeminin.com.
Table de travail d'Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains © ABCfeminin.com.

La rencontre d'Alexandra David-Néel avec 'La Tortue'

En 1959, l'exploratrice alors âgée de 91 ans engage comme secrétaire Marie Madeleine Peyronnet, jeune fille de bonne famille de 24 ans qu’elle surnommera la tortue.

On pouvait encore croiser en 2016 à la Fondation la longue silhouette de cette fidèle employée, ayant reçu en héritage le droit de résider à Samten-Dzong, avec la volonté d'entretenir la mémoire de l’exploratrice après le décès de cette dernière en 1969. Il arrivait qu’elle accepte de raconter quelques anecdotes savoureuses sur sa vie passée au service de cette femme de caractère, pas toujours facile à vivre.

A l'époque de leur rencontre, Alexandra David-Néel était une sorte de star pour les hippies. Dans cette maison au décor spartiate, particulièrement hospitalière pour les araignées, protégées en vertu de la foi bouddhiste de sa renommée propriétaire, elle se souvenait qu’Alexandra David-Néel ne voulait rien dépenser pour des choses futiles. Elle avait souffert de la faim pendant ses expéditions et ne voulait acheter que du mobilier "pas cher, puisque ça ne se mange pas". 
 
Photo : une des pièces du musée Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains © ABCfeminin.com.
Une des pièces du musée Alexandra David-Néel à Digne les Bains © ABCfeminin.com.

Alexandra David-Néel : une femme de caractère

La vie avec l’exploratrice, le plus souvent plongée dans l'écriture de ses livres, se couchant à pas d'heure et se restaurant quand la faim n'était plus supportable, était riche de longues conversations, étant bavardes toutes les deux comme elle le confessait volontiers, et de chamailleries, "on se disputait au moins trois fois par jour mais on se réconciliait toujours". De grands moments d'émotion également, "elle m'a raconté tant d'histoires de ces voyages que j'aurais pu être guide là-bas alors que je n'y avais jamais mis les pieds. J'étais amoureuse de son intelligence."

Marie Madeleine Peyronnet gardait d'Alexandra David-Néel le souvenir d’une personne dure de caractère, "elle n'a jamais eu un geste d'affection envers moi, sauf le dernier jour, le jour de sa mort. Elle a pris mon visage entre ses mains et elle m'a embrassée sur le front."

Et d’ajouter "j'ai vécu 10 ans aux côtés d'une femme que je ne connaissais pas. Je ne l'ai vraiment découverte que plus tard en lisant la correspondance qu'elle a échangée avec son mari." Et de conclure : "Je m'adapte à tout, c'est sans doute pour ça que j'ai pu supporter de vivre à ses côtés. Moi qui ne voulait pas d'une vie banale, c'est réussi."
 
Photo d'une archive du musée :
Alexandra David-Néel et le lama Aphur Yongden, son fils adoptif.
Alexandra David-Néel et le lama Aphur Yongden, son fils adoptif © ABCfeminin.com.

Pour respecter une des dernières volontés d'Alexandra David-Néel qui souhaitait que ses cendres soient jetées dans le Gange, sa fidèle tortue a fait pour une seule et unique fois le voyage en Inde sur les pas de la grande aventurière.

La maison d'Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains, aujourd'hui centre culturel "d'Entraide et Échanges Culturels Franco-Tibétains", abrite un musée riche de nombreux documents d'archives et de photos. Le campement de l’exploratrice y est reconstitué, et une salle est dédiée au lama Aphur Yongden, son fils adoptif.

Plusieurs pièces de vie sont restées intactes avec la décoration spartiate dans laquelle elle avait choisi de vivre. Ce lieu qui célèbre la mémoire d'Alexandra David-Néel a reçu à deux reprises la visite du Dalaï Lama en 1982 et 1989.

Photo  (recadrée) d'une archive présentée au musée, légendée ainsi : "Alexandra en costume de mendiante tibétaine avec pour tout bagage, un soufflet en peau de chèvre, pourvu d'un long tuyau, une marmite, un étui à la ceinture (couteau et baguettes), un bâton de pèlerin en bambou et un morceau de toile de tente pour s’allonger et s'isoler du sol.
Alexandra David-Néel en costume de mendiante tibétaine.

Maison d’Alexandra David-Néel
27 avenue du maréchal Juin 
04000 Digne-les-Bains
Tel : 04 92 31 32 38
http://www.alexandra-david-neel.fr/infos/
Visite gratuite.
 

A lire également dans nos pages :


En savoir + sur Alexandra David-Néel

​UNE VIE AVEC ALEXANDRA DAVID-NEEL Tome 1 et 2
La vie de Marie Madeleine Peyronnet, surnommée "La Tortue", auprès d'Alexandra David-Néel a fait l'objet d'une bande dessinée (en 2 tomes) publiée en 2016 et 2017.

>>> ​Une vie avec Alexandra David-Néel
de Fred Campoy et Mathieu Blanchot

Correspondance avec son mari de Alexandra DAVID-NEEL
Une nouvelle édition de la correspondance d'Alexandra David-Néel avec son mari est parue en 2016.


>>> Correspondance avec son mari
de Alexandra DAVID-NEEL


>>> Voir tous les livres sur et de Alexandra David-Néel


Chris Halusiak











retour TOP




Horoscope/Météo

horoscope du jour

> consulter
les prévisions du jour


météo Paris

NUMEROLOGIE sur ABCfeminin.com
Connaître votre chiffre de l'année
Numérologie : chiffre 1 Numérologie : chiffre 2 Numérologie : chiffre 3 Numérologie : chiffre 4 Numérologie : chiffre 5 Numérologie : chiffre 6 Numérologie : chiffre 7 Numérologie : chiffre 8 Numérologie : chiffre 9






SUDOKU
horoscope & météo






Coupes-Automne-Hiver-2016-2017
Coupes-Printemps-ete-2016
Coupes-Automne-Hiver-2015-2016
Coupes-Printemps-ete-2015
Coupes-Automne-Hiver-2014-2015
Coupes-Printemps-ete-2014
Coupes-Automne-Hiver-2013-2014
Coupes-Printemps-ete-2013